Catégories
Bien être

Gestion de la fièvre et de la douleur

Nous recevons beaucoup de questions sur la gestion de la fièvre. C’est pourquoi nous avons décidé de répondre à ce sujet quelque peu délicat par une infographie.

Bien sûr cette infographie est une base de réflexion. C’est une aide pour les parents sans repères sur le sujet.

C’est le raisonnement que nous avons mis en place chez nous et il faut adapter le laps de temps de 48h max après lequel nous conseillons d’aller consulter si l’état de l’enfant ne s’améliore pas. C’est à dire que la fièvre revient après la fin de l’effet du Doliprane et que l’enfant se sent toujours mal. En effet, selon les symptômes et l’état de l’enfant, il faut adapter ce délai à la situation. De plus, selon le degré d’appréhension et d’anxiété des parents, il faut également adapter la durée de cet intervalle de temps.

Nous tenons aussi à rappeler aux parents que de nombreux pédiatres acceptent des questions par e-mail. Pour se rassurer, il est donc bon d’utiliser cette option avant de consulter.

Vos commentaires sont, comme à l’habitude, les bienvenus ainsi que les suggestions d’amélioration. Voyez cet article comme un travail collaboratif.

Catégories
Bien être Psychologie

Garder son âme d’enfant.

C’est une notion qui est véhiculée dans le livre d’Antoine de Saint-Exupéry. 

Mais qu’elle est l’idée vraiment? Je tente une réponse subjective. 

Les enfants ont une volonté inébranlable de découvrir leur environnement et de comprendre ce qu’il se passe. De même, ils ont une créativité débordante qui leur permet de rejouer des situations vécues (stressantes, apaisantes) pour mieux intégrer et gérer ces situations. 

Cela leur permet aussi de créer un imaginaire et d’inventer des histoires souvent fantastiques. 

Les adultes ont tendance à rationaliser beaucoup et ignorer le pouvoir de l’imaginaire. 

Ce qui prime est souvent ce qui peut être analysé, noté, quantifié. 

A mettre tout dans des boîtes, coller des étiquetés aux choses, aux gens. 

Ce sont des choses que les enfants ne font pas et qu’il faudrait que l’on puisse continuer à développer une fois devenus adultes. 

Les choses les plus importantes sont-elles rationnelles, quantifiables? 

Bien sûr, ne soyons pas manichéens et essayons de faire cohabiter cette âme d’enfant avec celle que nous impose la société et nos préoccupations quotidiennes. 

Quel est votre avis? 🤔

Catégories
Bien être

Ocytocine


L’ocytocine est à la fois un neurotransmetteur produit dans le cerveau qui agit sur le système nerveux et une hormone qui agit sur différents organes.

L’ocytocine intervient dans les comportements émotionnels et sociaux ainsi que dans des événements physiologiques tels que l’accouchement et l’allaitement.

Elle provoque des contractions de l’utérus permettant l’accouchement et du sein pour permettre l’expulsion du lait maternel.

Par exemple, il est connu que la mise en place de la peridurale avant l’accouchement peut réduire la production d’ocytocine et c’est pourquoi l’équipe médicale utilise en général un produit pour contrecarrer cet effet. De manière naturelle, on peut augmenter la sécrétion d’ocytocine par différents moyens qui sont exposés dans l’illustration. Les caresses, une musique que l’on apprécie, être entouré de ceux que l’on aime et qui nous aiment. Une atmosphère agréable, chaleureuse et aimante.

L’ocytocine semble jouer un rôle dans les dépressions post-partum. Il semblerait qu’un taux peu élevé participe à l’apparition de la dépression post-partum. Plus on câline un enfant, plus il va sécréter de l’ocytocine. Les liens d’affection se renforcent et amènent un équilibre, une harmonie dans la cellule familiale. Ce qui permet un développement sain de l’enfant.

L’ocytocine joue un rôle prépondérant dans la relation parent-enfant et dans lien qui peut être créé.

Libérée dès que le contact est agréable, tendre, l’ocytocine rend également la vie plus douce en réduisant très fortement l’anxiété et l’agressivité.

Crédit illustration : Vanina Gallo.

Catégories
Bien être

Massages

Les effets du toucher sont particulièrement bénéfiques pour les plus vulnérables.

Les prématurés qui peuvent bénéficier du peau à peau ou de massages affectueux, crient moins, se développent et grossissent plus facilement. Ils dorment mieux et sortent plus tôt de l’hôpital.

Les massages prodigués avec tendresse et respect diminuent l’apparition des maladies et améliorent la santé des enfants. Ils abaissent le niveau des hormones de stress chez les enfants et les adultes. Chez celui qui reçoit les messages mais également chez celui qui les prodigue. C’est pourquoi apprendre aux mères dépressives à masser affectueusement leur bébé peut être d’une grande aide. En effet, elles se sentent mieux, moins anxieuses, moins déprimées. Leur enfant sourit d’avantage, s’éveille et devient plus sociable. Les hormones de stress diminuent chez elles et leurs enfants. Le cercle vertueux est engagé.

Les adolescents dépressifs et agressifs peuvent également trouver un apaisement grâce aux massages.

Les bienfaits du toucher ne sont pas réservés aux contacts entre Êtres Humains. Caresser un animal familier comme un chien, un chat, un serpent, une araignée (oui il faut bien penser aux NAC) active aussi le cerveau social, apaise et réconforte l’animal ainsi que celui qui caresse.

Sources:

  • Pour une enfance heureuse – Catherine Gueguen
  • Expérience personnelle.
  • Différentes sources internet.